Oscar Wilde à Paris

9 Nov

Oscar Wilde à Paris

“Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles.”
Poète, écrivain, dramaturge irlandais, Oscar Wilde a su conquérir chaque pays par sa plume savante et habile. Et c’est en France, à Paris, qu’il expire âgé seulement de 46 ans. Cette année là, en 1900, a lieu la célèbre exposition universelle et pour l’occasion, le Petit Palais voit le jour. Comme un heureux hasard, c’est dans ce beau monument parisien, qu’est présentée jusqu’au 15 janvier 2017, l’exposition “Oscar Wilde, l’impertinent absolu”.
Esthète, érudit, celui qui incarne dans l’esprit de tous, l’image du dandy impertinent, a très vite trouvé sa place dans la littérature. Auteur d’écrits de renom comme Le Portrait de Dorian Gray, ou L’Importance d’être Constant, nul n’ignore son nom et ses vers. Chacune de ses lignes se lit et s’inspire avec une facilité et une magie déconcertante. Comme devant un tableau qui suscite une profonde émotion, on avance au gré de Monsieur l’auteur qui nous bouscule et nous pousse à la réflexion. Sa théorie esthétique, très controversée, représente toute la force et l’impertinence d’un jeune homme prêt à affronter la vie et les convenances.
Oscar Wilde est un homme passionné, cultivé, qui apprécie tous les plaisirs de la vie: la mode, la haute société, les hommes, bien qu’il soit marié et père de deux enfants… Cependant, une ombre vient ternir cette fougue, et cette vivacité qui dictent sa prose, puisqu’en 1895, l’écrivain est condamné à deux ans de travaux forcés pour grave immoralité. Il est utile de préciser qu’à cette époque, l’homosexualité est un délit puni par la loi. Au terme de trois procès coûteux, Oscar Wilde est ruiné et fortement atteint par son séjour en prison. Lorsqu’il en sort en 1897, son nom est symbole de scandal et son inspiration est altérée. Il s’installe à Paris où la maladie l’emporte.
L’exposition du Petit Palais offre aux visiteurs 200 pièces de collections privées et publiques abordant la vie et l’oeuvre de ce talentueux impertinent. Objets personnels, photographies, manuscrits… ouvrent la porte de l’univers si particulier de l’auteur.
“Oscar Wilde, l’impertinent absolu”
Le Petit Palais
Jusqu’au 15 janvier 2017 – Entrée 10€
Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00 (nocturne le vendredi jusqu’à 21h00).
Metro: Champs Elysées Clémenceau

Leave a Reply